Film – Les Visiteurs (1993)

C’est sûrement l’une des meilleures comédies française des années 90! Grâce à un astucieux mélange d’anachronismes et de mots d’auteur, le tout enveloppé dans une mise en scène grand spectacle, le comique fonctionne à merveille. On trouve dans cette comédie populaire des acteurs taillés pour ces rôles, notamment Valérie Lemercier (en aristocrate faussement décoincée), Christian Clavier (dans le double rôle de l’écuyer Jacquouille La Fripouille et du nouveau riche Jacques Henri Jacquard), Jean Reno (en chevalier sans peur et sans reproche), Marie-Anne Chazel (en clocharde délurée), Christian Bujeau (en mari roturier dépassé par la situation) et Didier Bénureau (en psychiatre blasé plus vrai que nature)…

Après Papy Fait de la Résistance et Le Père Noël Est Une Ordure, Jean Marie Poiré livre une véritable perle cinématographique qui mêle habilement la Comédie et le Fantastique avec une touche moyenâgeuse. Avec un Scénario à la fois inventif et poilant, le film parvient à nous faire tenir les côtes à de nombreuses reprises grâce à des quiproquos hilarant et mémorables mais aussi grâce à ses dialogues savoureux devenues cultes  (“Okay ? “, “Qu’est-ce que c’est que ce binz ?'”, “Jour, nuit”, “Mais enfin, M. Ouille, pas avec votre poncho”…). Ajoutez à cela un savoureux choc des cultures en combinant le Moyen Age et l’époque moderne, une réalisation efficace, des effets spéciaux réussis, une BO superbe signée Era, et l’on obtient un succès d’anthologie. En effet, réalisé pour un budget de 50 millions de francs, le film attira près de 14 millions de spectateurs et fut en première place du box-office français en 1993. Le film est nommé huit fois à la 19e cérémonie des César, pour ne recevoir finalement qu’un César, celui de la Meilleure actrice dans un second rôle, décerné à Valérie Lemercier.

L’Histoire : 

En 1123, victime d’hallucinations à cause d’un sort jeté par une sorcière, le comte Godefroy de Montmirail tue le père de sa promise, Frénégonde. Afin de réparer son erreur, il demande à l’enchanteur Eusebius de remonter dans le temps, quelques minutes avant le drame. Mais ce dernier se trompe de formule. Godefroy de Montmirail et son écuyer Jacquouille la Fripouille se retrouvent projetés en 1992…

Voir sur YouTube : “Les Visiteurs – Bande annonce VF” par Bande annonce

Série TV – Les Deschiens – Série Classique (1993-96)

Le spectacle : 

Jérôme Deschamps est le neveu de Hubert Deschamps et le petit-cousin par alliance de Jacques Tati. Jérôme Deschamps travaille en collaboration avec Macha Makeieff depuis 1978. En 1979, il écrit une pièce, Les Deschiens, à la suite d’une commande d’Antoine Vitez pour le printemps d’Ivry. En 1981 il crée, avec Macha Makeieff, la compagnie Les Deschiens.

La série TV :

La série télé de Canal Plus s’inspira de ce spectacle et transposa à l’écran son univers décalé et cruel. Tout d’abord diffusé à raison d’un sketch chaque soir du lundi au vendredi de 1993 à 1996 (série classique) pendant l’émission phare de Canal + : « Nulle part ailleurs !», les Deschiens firent une pause de quatre ans avant de revenir à l’antenne de Canal pour deux nouvelles saisons de 2000 à 2002 dans un format plus long (série moderne) avec plusieurs sketchs d’affilé.

Dans un décor minimaliste, souvent un simple fond uni, des personnages archétypaux d’une certaine France profonde et rurale nous faisaient partager leur quotidien. Ils avaient tous une gueule, et une gouaille. Un look ringardo-kitch à l’extrême ! Très peu d’accessoires non plus ; un style donc à part entière, un ton unique, un univers gavé d’humour noir et absurde. Les dialogues, en langage courant voire relâché, font surgir l’absurde dans le quotidien de personnages incarnant un certain bon sens populaire, mais dont l’ignorance ou l’étroitesse d’esprit vire parfois à la folie.

Dans les sketches des Deschiens, on trouve un méli-mélo incroyablement varié : des  recettes de cuisine, des radio-crochets (Remplacer les chanteurs morts), des cours de langue, une télé-boutique (La Boutique du mercredi), des petites annonces (3615 Code Qui n’en veut, 3615 Code J’attaque, 3615 Code Nos Anciens), la promotion d’un produit miracle aux multiples usages, le « gibolin » … François Morel et Yolande Moreau y incarnent une famille de fromagers, la fromagerie Morel.

Les Deschiens font un usage comique des accents régionaux, chaque comédien représentant les stéréotypes d’une région. Ainsi, François Morel et Olivier Saladin représentent la Normandie (Orne pour François Morel et Seine-Maritime pour Olivier Saladin), Bruno Lochet la Sarthe, Philippe Duquesne le Nord-Pas-de-Calais, et Yolande Moreau la Belgique.

Les principaux intervenants : 

Monsieur Morel (François Morel ) : C’est le personnage principal de la série. Il est extrêmement rationnel, attaché à la vie quotidienne, et n’entend jamais utiliser la technologie moderne. C’est le stéréotype du Français « moyen » et il est hermétique à la culture (principalement aux livres).
Monsieur Saladin (Olivier Saladin) : C’est un ami de Mr Morel avec lequel il discute de toutes sortes de sujets. Il est la plupart du temps dans l’ombre de M. Morel et il cherche toujours à exprimer ses idées, bien qu’il ait du mal à les faire clairement comprendre. Les discussions qu’il entretient avec M. Morel sont souvent des quiproquos sur une expression à double sens (cyber-café, bibliothèque, souris, cd-“rhum”…).
Monsieur Duquesne (Philippe Duquesne ) : Ami et collègue de travail de M. Morel, parrain d’Olivier Morel. Imitateur de Raymond Barre et Serge Gainsbourg.
Bruno Lochet : Un client de Mr Morel qui a du mal à suivre ses explications.
Yolande (Yolande Moreau) : La femme de Mr Morel. Elle suit souvent les préceptes de son mari sur l’éducation de leurs enfants. Elle représente elle aussi un stéréotype : celui de la femme au foyer inculte.
Olivier (Olivier Broche) : Le fils de Mr Morel. Il essaye sans cesse de se cultiver en lisant des ouvrages de littérature classique (Gide, Yourcenar…) au grand dam de ses parents qui l’obligent à avoir des activités moins intellectuelles.
Atmen “Atemen” Kelif : C’est l’arabe de service qui se fait maltraiter verbalement et physiquement par Mr Morel et Mr Duquesne.

Voir sur YouTube : “Les Deschiens – “Le Gibolin a changé ma vie” par Les Deschiens ; “3615 code “Qui n’en veut” – Militaire” ; “Mange ton sandwich !” et “Atmen Banania” par God Save Da Deschiens

 

Album – Bryan Adams – So Far So Good – Best of (1993)

L’auteur-compositeur-interprète Bryan Adams (né le 5 novembre 1959 à Kingston, Ontario, Canada) signe son premier contrat avec le label A&M à l’âge de 17 ans suite à l’envoi d’une démo, mais il ne deviendra populaire que sept ans plus tard avec la sortie de son troisième album, “Cuts Like a Knife” (1983).

L’arrivée du succès avec l’album Reckless :

Cependant, ce fut son quatrième album Reckless, désigné comme l’un des meilleurs albums des années 80 qui fit de lui une superstar internationale et lui donna sa première nomination aux Grammy Awards. Il en a vendu quatre millions d’exemplaires à l’époque grâce notamment aux 6 superhits :  “Run to You”, “Somebody”, “Heaven”, “Summer of’69”; “One Night Love Affair” ; “Kids Wanna Rock” et “It’s Only Love” interprété avec Tina Turner.

En 1987, il sort “Into the Fire”, un album plus engagé socialement. Le titre  “Heat of the Night” est entré au Top 10, a reçu une autre nomination aux Grammy et lui a fait gagner un autre album de platine. En 1991, il sort l’album “Waking Up the Neighbours” qui comprenait le single “(Everything I Do) I Do It For You”. La chanson se vend à plus de trois millions d’exemplaires aux États-Unis, devenant ainsi le deuxième meilleur single le plus vendu, après “We Are The World”. C’est aussi la première nomination du chanteur aux Academy Awards et une nomination aux Golden Globes en tant que chanson écrite pour le film “Robin des bois : Prince des voleurs” (1991). «Waking Up the Neighbours» s’est vendu quatre millions d’exemplaires aux États-Unis et lui a valu six nominations aux Grammy (un record pour un Canadien). Il a remporté un prix pour la meilleure chanson écrite spécifiquement pour un film ou pour la télévision.

En 1993, il sort l’album compilant ses plus grands succès, intitulé «So Far So Good», qui engendre un numéro 1 au Hit Parade, «Please Forgive Me». En 1995, Adams sort le single «Have Don Juan DeMarco (1994), qui devient son quatrième numéro 1 et lui donne une deuxième nomination aux Academy Awards. Il est l’un des deux chanteurs non-américain à avoir quatre succès numéro un ce qui en fait l’artiste canadien le plus primé de tous les temps. En 1996, il sort l’album “18 Til I Die”, qui lui vaut deux autres nominations aux Grammy. Plus tard cette année-là, il chantera et écrira le single “I Finally Found Someone”, un duo avec Barbra Streisand pour son film, Leçons de séduction (1996).  “I Finally Found Someone” devient un hit du Top 10 ce qui permettra à Brian Adams de remporter sa troisième nomination aux Academy Awards. Il a sorti trois autres albums depuis, “MTV Unplugged” en 1997,” On a Day Like Today ” en 1998, et plus tard, il écrira toutes les chansons pour le film d’animation de Dreamworks : “Spirit: L’étalon des plaines” (2002) pour lequel il obtiendra sa deuxième nomination aux Golden Globes pour la meilleure chanson.

Le retour des années 2000 :

En 2008, Bryan Adams fait une tournée et sort le 23 mars 2008 un nouvel album, Eleven. Le 21 mars 2011, il reçoit une étoile à son nom sur le fameux Walk of Fame à Hollywood. Après un concert au Zénith, puis un autre à l’Olympia en septembre 2013, il se produit dans l’Hexagone fin 2016. Cette tournée européenne lui permet de promouvoir son dernier album, Get Up. Les prochaines dates : 04/02/2017  Erfurt, Germany ; 05/02/2017 Hannover, Germany ; 07/02/2017 Aarhus, Denmark ; 08/02/2017 Copenhagen, Denmark ; 09/02/2017 Oslo, Norway … La suite ici.

Discographie : 

1977 : If Wishes were horses (Sweeney Todd)

1980 : Bryan Adams
1981 : You Want It You Got It
1983 : Cuts Like A Knife
1984 : Reckless
1987 : Into The Fire
1989 : Live!Live!Live!
1991 : Waking Up the Neighbours
1993 : So Far So Good (Best Of)
1996 : 18 til I Die
1997 : MTV Unplugged
1998 : On a Day Like Today
1999 : The Best Of Me
2002 : Spirit, l’étalon des plaines
2004 : Room Service
2005 : Anthology
2008 : 11
2010 : Bare Bones (Live)
2014 : Tracks of My Years
2015 : Get Up

Voir sur YouTube : “Bryan Adams – Run To You” par Bryan Adams ; “Bryan Adams – Can’t Stop This Thing We Started” et “Bryan Adams – Summer Of ’69” par BryanAdamsVEVO

Sono Vintage – Console discothèque Freevox DJ-Club (1993-2003)

Les débuts de la marque :

C’est en 1968 que Gérard Poncet, ingénieur en électronique et saxophoniste réputé, lance la marque Freevox. Il débute en fabriquant des consoles pour orchestres et concerts, puis des tables de mixage pour discothèques et radios. Grâce à son oreille de musicien de Jazz et à sa grande compétence dans le domaine de l’électronique audio, le matériel sera conçu avec un souci d’excellence du son.

Les modèles les plus célèbres de Freevox : 

DJ SIX : Une table de mixage 6 voies, dont 2 voies mono, micro/line côté gauche et 4 voies stéréo côté droit. Les 4 voies stéréo on un égaliseur trois voie, toutes les voies ont un sélecteur, line/micro pour les 2 voies mono et riaa/line pour les 3 premières voies stéréo et la dernière en line/line. Les vumêtres à leds sont verticaux, ce qui deviendra la règle chez Freevox.
CLUB : Toujours en 1974, sortie de la série d’entrée de gamme série CLUB, avec la série CLUB 6 en 6 voies et la série CLUB 10 en 10 voies,
DJ CLUB : Ce haut de gamme de la marque apparu au début des années 80 deviendra peu à peu la référence des DJs ; c’est une console a 10 voies : 3 voies mono micro/line dont la voie DJ, 6 voies stéréo, dont 3 phono/line et 3 line/line, et une voie spéciale dédiée aux Jingles.
ANTENNA : En 1980 sort l’Antenna version 1, suivie bientôt d’autres séries plus complètes sur les voies stéréo, équipées d’un voice-over plus performant. Cette console est dédiée aux Radios et grosses Discothèques. Equipée dans sa partie gauche de 6 voies micro/line mono avec des faders de 60 mns d’origine ALPS, et d’une voie DJ avec un grand fader comme les voies stéréo. Les voies stéréo sont au nombre de 6 équipées de faders longue course (MCB ou P/G). 3 des voies sont des phono/line et les 3 autres des line/line. Ce modèle est équipée d’une alimentation externe.

La Freevox DJ CLUB :

En 1993, Collyns reprend la marque Freevox qui bénéficie depuis longtemps d’une excellente image de marque de mélangeurs haut de gamme (forgée dans les années 80). Il garde le même objectif qualitatif que son précédent propriétaire comme en témoigne la nouvelle mouture 1993 de la DJ Club, une table devenue légendaire dans le milieu de la nuit que certaines discothèques possèdent encore 20 ans plus tard! Sa production perdurera jusqu’en 2003.

Analyse des commandes de la table :

Fidèle à l’esprit Freevox, Collyns reprend la couleur “lie de vin” caractéristique de la marque pour la façade de la DJ Club. Bien que nettement plus large que le rack 19 pouce standardisé, elle se borde d’oreilles de fixation après encastrement dans le meuble de régie. L’alimentation passe par un bloc séparé ce qui améliore nettement le rapport signal/bruit. La façade est en aluminium photo-anodisé, technique qui permet de décorer la console en y inscrivant un dessin sans relief, quasiment indélébile et qui résiste à tous les solvants.

La DJ 10 reçoit deux voies micro DJ (micro/line), dotées chacune d’une entrée XLR symétrique, la symétrie ayant la propriété d’éliminer les signaux parasites. Un potentiomètre ajuste le gain de voie pour éviter l’effet larsen. Le correcteur de timbre est un modèle à trois potentiomètres (grave, médium, aigu). Ces voies sont équipée d’un départ d’effets, d’une préécoute et d’un talk over débrayable (atténuation automatique  de la musique donnant priorité à la voix). Les voies d’animations sont monophoniques mais sans panoramique (réglage droite, gauche). Toutes les autres voies  stéréophoniques reprennent la configuration : réglage de gain, correcteur de timbre à trois boutons, départ d’effet à commutation avant/après, et touche d’écoute avant mélange. Elles sont de trois types :  une voie Micro/Ligne, trois voies phono ou CD/Micro et quatre voies Ligne/Ligne. Toutes sont équipées de commande de départ à distance associé à une touche mettant en service ou non ce départ.

Le constructeur a prévu deux sorties stéréo, chacune avec sortie symétrique et réglage de balance, ce qui permet de  sonoriser deux zones, ce qui est fréquent en discothèque. Freevox reprend aussi son correcteur Disco Sound, une sorte de loudness spécifique à la marque centré sur 70 hz qui améliore les basses les plus percutantes. Trois indicateurs à diodes électroluminescentes affichent le niveau du signal audio, deux sont connectés aux sorties droite et gauche, le dernier au circuit de contrôle des voies. Des sortie annexes délivrent un signal musical pris en amont de l’atténuateur automatique, ce qui sera utile pour un enregistrement, ou une sonorisation d’ambiance. Une autre sortie délivre le signal complet. La prise casque se double d’une sortie RCA sur laquelle on pourra brancher un amplificateur cabine équipé de volume.

Réalisation Technique:

Compte tenu des dimensions de sa table, Collins adopte une technique de fabrication par tranche et utilise pratiquement les même circuits imprimés pour toutes ses tranches (les voies Ligne/Ligne étant allégées des préampli RIAA). Les circuits intégrés sont des TL072, tous montés sur support ; deux d’entre eux, connectés à la masse, serviront de pièce de rechange en cas de problème (une bonne idée pour la maintenance que la standardisation du type de circuit intégré favorise). Les potentiomètres de mixage, des ALPS professionnels, coulissent en douceur. Ils sont soudés sur la plaque époxy et reliés aux cartes par un câble plat, ce qui évite toute erreur de câblage et permet un changement rapide. Par contre, le potentiomètre de fondu enchaîné est relié à la console par des câbles soudés, ce qui est moins pratique.

Conclusion :

Beaucoup de voies d’entrée, pas mal de sorties, une commande de démarrage : la DJ Club offrait un équipement confortable. Ses potentiomètres de mélanges avaient une course longue, précise et agréable. La fabrication professionnelle se traduisait certes par un prix de vente élevée, mais on en avait pour son argent…

Tarif en 1993 : 20.000 Francs soit 4300 € avec 41% d’inflation sur la période. Prix d’occasion : à partir de 500 €.
Photo de présentation : Oudinlemagicien35.
Galerie Photo : freevoxleretour et Doc. Freevox.

 

Youngtimer – Porsche 968 (1992-95)

L’évolution des Porsche a toujours été très longue et le plus bel exemple est bien sûr celui de la 911 qui a très largement dépassé les vingt années d’existence. La 968 est plus récente, mais elle est aussi le fruit d’une longue évolution passant par la 924, née en 1976, puis la 944 dont elle est l’héritière directe.

Le plus gros 4 cylindres automobile : 

Avec trois litres de cylindrée, le moteur de la Porsche 968 est sans doute le plus gros 4 cylindres en ligne ayant existé, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de tourner vite, 6400 tr/mm, et sans vibrations grâce à un arbre d’équilibrage. Un dispositif de calage d’admission variable lui permet aussi de délivrer  à la fois une puissance élevée (80 chevaux par litre de cylindrée) et un couple généreux qui dépasse 31 mkg à 4100 Tr/mm. Qui plus est ce moteur est peu gourmand et très agréable à utiliser car il ne présente pas l’habituelle “rugosité” des gros quatre cylindres.

Une efficacité qui a son prix : 

La 968 posséde un comportement routier irréprochable et un équilibre imperturbable qui ne se dément ni en grande courbes très rapides ni sur l’itinéraire le plus sinueux. Si l’on précise qu’elle dispose d’un freinage tout aussi irréprochable, le tableau aurait pu être tout à fait idyllique. La Porsche 968 avait cependant un défaut, son prix supérieur à 350.000 Francs, ce qui était beaucoup pour un 4 cylindres.

Caractéristiques :

Moteur : 4 cyl. en ligne 16s + Variocam ; Disposition : Longitudinal avant ; Cylindrée : 2990 cm3 ; Puissance maxi : 240 Ch DIN à 6200 Tr/mn ; 17 CV Fiscaux ; Couple maxi : 31.1 mkg à 4100 tr/mn
Transmission : AR : Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
Freins : Disques ventilés + ABS
Poids : Donnée constrructeur: 1370 kg
Dimensions : Longueur : 4 320 mm ; Largeur : 1 735 mm ; Hauteur : 1 275 mm ; Empattement : 2,400 mm
Performances : Vitesse maxi : 252 km/h
0 à 100 km/h : 6,5 s
1000 mètres DA : 26,7 s

Prix du modèle neuf en 1992 : 365 000 Francs soit 80398 € avec 44,5 % d’inflation sur la période.

Prix 2017 : à partir de 17.000 €