Album – Doobie Brothers – Listen To The Music (The Very Best of) (1993)

Américains, ils viennent de San José (Californie). Leur musique est typique de celle des groupes West Coast de deuxième génération : influence folk dans le choix des thèmes, tempos Rock et Rythm and Blues, vocaux impeccablement mis en place, héritage des Beach Boys et du gospel.

Réconfortant et agréable comme une journée ensoleillée à Los Angeles, toutes harmonies cristallines et décontractées brandies en porte-étendard du rock FM, les Doobie Brothers étaient la quintessence du yacht-rock californien (Yacht Rock était une série de vidéo en ligne qui suivait les vies romancées et les carrières des stars U.S. du Soft Rock de la fin des années 1970 et du début des années 1980 (Doobie Brothers, Kenny Loggins, Eagles, Stevie Nicks, Toto , Christopher Croos, Hall & Oates…). La série a fait ses débuts sur la chaîne 101 lors de la diffusion du 26 juin 2005 : Voir la quatrième video YouTube ci-dessous). 

Prenant leur nom “doobie” du terme d’argot utilisé pour désigner un joint de marijuana, tout ce qu’ils ont demandé à leur fans était d’«Écouter la musique» (Listen to the Music…), et de sauter à bord du “Long train qui file” (Long Train Running…) pour une ballade jusqu’aux confins de la baie californienne. Dirigé par Tom Johnston, jusqu’à ce qu’il ne quitte le navire en 1975 pour poursuivre une brève carrière en solo, les joyeux “frères pétard” étaient déjà à cette époque des musiciens très doués. Mais lorsque le brillant Michael McDonald a pris en charge les tâches vocales jusqu’au début des années 80, une autre facette du groupe à commencé à percer.

Fondé à San José en Californie en mars 1970, les racines de Tom Johnston (guitare/chant) et de John Hartman (batterie) remontent à quelques années plus tôt alors qu’ils dirigeaient le groupe post-psychédélique/country-rock Pud Avec Gregg Murphy. Quand le duo a fait équipe pour des sessions avec le guitariste Patrick Simmons et le bassiste Dave Shogren, en jouant du boogie de bar-salon qui était populaire chez les Hell’s Angels locaux, les Doobie Brothers sont nés.
Presque immédiatement signés chez Warner Brothers, il y avait un arrière goût de country-rock de la côte ouest (à la Moby Grape ou à la Crosby, Stills & Nash) dans leur premier album éponyme. Bien que n’ayant engrangés que peu de ventes, The Doobie Brothers (1971) était quand même un test initiatique musical et un révélateur de talent pour le quartet de musiciens tandis que le titre «Nobody» frémissait au Top 100.

En 1972, le groupe change le bassiste Dave Shogren contre Tiran Porter, et ajoute un second batteur/percussionniste (Michael Hossack) au groupe. L’abum Toulouse Street (1972)  qui sort la même année est très bien reçu. Aidé en peu de temps par le single entré au Top 10 “Listen To The Music” et aussi par le succès suivant : « Jesus Is Just Alright » (une piste utilisée autrefois par The Byrds), les Doobies gagnent leur premier disque d’or qui fixera leur plan musical pour la première moitié de leur carrière. Le producteur Ted Templeman a maintenant pleinement permis d’expérimenter les harmonies impeccables et la musicalité du groupe.

The Captain and Me (1973) et l’entraînant  45 tours, “Long Train Runnin”, ont remporté des records de vente avec le fameux “China Grove” (qui a également atteint le Top 20). C’est un des albums les plus rock de leur discographie, avec de très belles harmonies vocales West Coast et des tempos martelés pour faire balancer le tout comme il convient ; à cette époque, les Doobies étaient une alternative dure aux Eagles, et même à des gens comme Steely Dan. Au départ, le titre “Long Train Running” a été écrit en tant qu’instrumental, jusqu’à ce que Templeman pousse Johnston à lui ajouter quelques paroles, ce qui est le témoignage de leur proche collaboration. Alors que la Grande-Bretagne s’ouvrait au tube «Listen to the Music» (qui a finalement dépassé le Top 30 au Royaume-Uni), les Doobie Brothers ont tenté une incursion dans le monde du country-rock pour le quatrième album.

En 1974, Keith Knudsen remplace Hossack en tant que deuxième batteur du groupe sur What Were Once Vices Are Now Habits, qui a lancé leur premier numéro un, «Black Water», et sur lequel l’ancien membre de Steely Dan Jeff “Skunk” Baxter officie bien que Baxter ait officiellement rejoint les Doobie Brothers pour le Stampede de 1975. Avant la sortie de l’album, Johnston est hospitalisé suite à un ulcère à l’estomac et se fait remplacer pour la tournée par le claviériste-chanteur Michael McDonald, qui avait également travaillé avec Steely Dan. Même si l’album a culminé à la quatrième place du Top, Stampede n’a pas été aussi commercialement réussi que ses trois prédécesseurs, et le groupe a décidé de laisser McDonald et Baxter, qui étaient maintenant des membres officiels de Doobie Brothers, remanier le Country Rock teinté de Boogie Light du groupe.

Le nouveau son de Takin’ It to the Streets a été présenté en 1976 avec le single éponyme, ainsi qu’une collection de titres funk et pop jazzy qui a abouti à un album de platine. Plus tard cette année, le groupe a publié la compilation de hits The Best of the Doobies. En 1977, ils ont sortent Livin’ on the Fault Line (1977), qui a été un succès sans produire de gros hits. Johnston a quitté le groupe après la sortie de l’album pour poursuivre une carrière solo sans succès. Après son départ, les Doobies ont sorti leur album le plus réussi, Minute by Minute (1978), qui a passé cinq semaines au sommet du Top 10 grâce au single numéro un «What a Fool Believes». Hartman et Baxter quitteront le groupe après la tournée de soutien de l’album, laissant le groupe au mains de Michael McDonald’s.

One Step Closer (1980) :  Après une année d’auditions, les Doobies ont embauché John McFee, (guitariste de Clover, batteur de session de Chet McCracken et ancien saxophoniste de Moby Grape, Cornelius Bumpus) et publient l’album One Step Closer (1980), qui deviendra album de platine et duquel sera tiré le Top Ten “Real Love.” Pendant la tournée pour One Step Closer, McCracken sera remplacé par Andy Newmark.

Au début de 1982, les Doobie Brothers annoncent leur rupture après une tournée d’adieu, (le 1983 Farewell Tour). Après la scission du groupe, McDonald poursuit une carrière solo réussie, tandis que Simmons sort un enregistrement solo infructueux. En 1987, les Doobies se réunissent pour un concert au Hollywood Bowl, qui se transforme en une brève tournée à laquelle Michael McDonald ne participera pas.

En 1989, la formation de Johnston, Simmons, Hartman, Porter et Hossack du début des années 70, complétée par le percussionniste Bobby LaKind, signe un contrat avec Capitol Records. Leur album Cycles, est classé disque d’or dès sa sortie à l’été 1989, grâce au hit du Top 10 “The Doctor”.

Brotherhood (1991) suit deux ans plus tard, mais il n’a pas suscité beaucoup d’intérêt.

Jusqu’à la sortie du Greatest Hits 2001 de chez Rhino records, l’album Import Listen To The Music – The Very Best of the Doobie Brothers (1993) a été la compilation la plus complète des Doobie Brothers disponible sur le marché. Contenant 19 chansons, elle contient tous les grands succès, avec notamment “Long Train Runnin” et “Listen to the Music” dans une version remixée, en plus des versions album des deux chansons. C’est une bonne collection, contenant tout ce que la plupart des auditeurs pourraient souhaiter écouter de ce groupe mythique.

Pour le reste des années 90, le groupe parcourt les États-Unis, en faisant des concerts “revival” typés années 70. En 1995, McDonald rejoint le groupe à nouveau, et l’année suivante voit la sortie de Rockin’ Down the Highway. Mais la formation change à nouveau au tournant du nouveau millénaire. En 2000, le groupe composé d’Hossack, Johnston, Knudsen, McFee et Simmons – sort Sibling Rivalry, avec Guy Allison aux claviers, Marc Russo au saxophone et Skylark à la basse. La composition de la bande de la fin des années 1970 faite de Simmons, Johnston, McFee et Hossack (avec Michael McDonald invité sur une piste) est réunie une fois de plus pour sortir World Gone Crazy en 2010. Le documentaire Let the Music Play: L’histoire des Doobie Brothers suit en 2012 ; la même année Hossack meurt d’un cancer.
Au début de 2014, les Doobie Brothers – cette fois-ci avec McDonald, Johnston, Simmons et McFee – annoncent qu’ils rentraient au studio pour enregistrer un album rempli de versions Country de leurs plus grands succès, mettant en vedette des stars de Nashville comme Toby Keith, Brad Paisley, Zac Brown, Sara Evans et Chris Young. L’album s’appelle : Southbound.

Discographie :

1971 : The Doobie Brothers
1972 : Toulouse Street (US N°21)
1973 : The Captain and Me (US N°7)
1974 : What Were Once Vices Are Now Habits (US N°4)
1975 : Stampede (US N°4) avec Ry Cooder, Maria Muldaur, Curtis Mayfield
1976 : Takin’ It to the Streets (US N°8)
1977 : Livin’ on the Fault Line (US N°10)
1978 : Minute by Minute (US N°1)
1980 : One Step Closer (US N°3)
1983 : Farewell Tour [Live] (US N°79)
1989 : Cycles (US N°17)
1991 : Brotherhood (US N°82)
1993 : The Doobie Brothers ‎– Listen To The Music (Best Of)
1996 : Rockin’ Down the Highway: The Wildlife Concert [Live]
1999 : Best of the Doobie Brothers Live [Live]
2000 : Sibling Rivalry
2001 : On Our Way Up
2003 : Divided Highway
2004 : Live at Wolf Trap [Live]
2010 : World Gone Crazy
2014 : Southbound

Voir sur YouTube : The Doobie Brothers – “Long Train Running (1993 Remix)” [Official Music Video] par Rhino et “The Doobie Brothers – The Doctor” par emimusic


“Yacht Rock #1 – “What A Fool Believes” par tfalconz28

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *