Livre SF – Kim Stanley Robinson – Mars la rouge (1993)

La trilogie martienne de Kim Stanley Robinson est l’une des séries les plus honorées de la science-fiction, avec Mars la rouge remportant le distingué Nebula Award, ainsi que Mars la verte et Mars la bleue honorées par le Hugo. Devenu un classique du genre, cette saga épique dépeint habilement les histoires humaines derrière le projet le plus ambitieux de la Terre: la terraformation de Mars. Dans cette œuvre, Robinson tisse brillamment un cadre futuriste avec une vision poétique de l’esprit humain engagé dans un drame aussi ancien que l’humanité même.

La trilogie suit la colonisation de Mars et plus tard du système solaire complet, avec l’évolution technologique, morale, sociale et politique qui l’accompagne, couvrant 200 ans d’histoire future. Fabriqué après une longue période de recherche et atteignant 2000 pages, de nombreux romans antérieurs de Robinson, tels que Les Menhirs de glace Icehenge (1984) et Pacific Edge (1992) (jamais traduit, tiré de la série Orange County) sont à bien des égards des précurseurs de la trilogie dans les thèmes ou le cadre.  Notamment lorsque Kim Stanley Robinson spécule sur les effets psychologiques de l’ultra-longévité (les protagonistes vivent plus de 200 ans en moyenne) comme la perte de mémoire, la modification de la personnalité, l’instabilité mentale et l’ennui. Chaque roman tire son nom de la couleur de la planète Mars alors qu’elle évolue grâce au processus de terraformation.

Alors que la planète est en cours de changement pour devenir une nouvelle Terre, nous rencontrons des hommes et des femmes qui sont liés par leurs expériences sur Mars. Parmis les cent premiers colons, il y a Michel Duval, un psychologue français ébloui par la beauté autour de lui ; Maya (Katarine) Toitovona, une femme dont les déboires amoureux conduisent à son premier voyage à Mars ; Roger, un grand guide martien qui n’a pas les compétences sociales mais qui a le courage de survivre sur la surface dangereuse mais étrangement impérieuse de la planète…

A partir des premiers explorateurs, des générations d’amis, d’ennemis et d’amants sont emportés dans ce drame qui est un reflet de l’atavisme humain transposé sur Mars. L’exploration internationale se transforme en bâtiment mondial ; l’édification du monde dégénère en conflit politique, en révolution et en guerre.

A la suite de ces existences et de ces événements, à une époque où la vie humaine a été prolongée grâce à la science, La trilogie martienne devient l’histoire des générations qui vivent au bord de la frontière ultime, dans un paysage de transformation naturelle et humaine constante.

Ce chef-d’oeuvre de Kim Stanley Robinson est une histoire d’espoir et de déception, de luttes physiques et psychologiques féroces. À la fois profondément humain et scientifiquement à la pointe, la trilogie martienne est la chronique épique d’une planète qui représente l’une des plus belles possibilités de l’humanité.

Adaptation TV :

Kim Stanley Robinson aura droit à une série à la hauteur de sa saga littéraire La Trilogie Martienne. Une série qui serait adaptée par Spike TV, selon Variety. Toujours selon Variety, le premier épisode serait disponible en janvier 2017 (aux U.S.A.). La première saison adapterait logiquement le premier livre, Mars la Rouge et elle serait produite par Vince Gerradis également producteur délégué sur Game of Thrones.

Le Livre : 

Au début du XXIe siècle, Mars, symbole universel de la conquête de l’espace à travers les âges, n’est plus un rêve inaccessible et l’homme se lance immédiatement dans sa colonisation. Des voix s’élèvent aussitôt, rappelant le triste passé de la Terre en Afrique ou en Amérique. S’opposant aux ambitions des multinationales, une partie des immigrants, menée par les premiers colons, se révolte contre la “terraformation” puis contre l’exploitation sauvage des ressources. Mais la répression des grands argentiers du monde va être terrible. Et lorsque la pression des populations terriennes, poussées par la misère, la surpopulation et les catastrophes climatiques, enflamme la situation sur Terre, que vont pouvoir faire les quelques poignées de Martiens déjà bien affaiblis face à cette nouvelle crise ? Pour cette immense fresque, que l’on peut rapprocher de Dune de Herbert ou d’Helliconia d’Aldiss, Robinson a reçu lors de la sortie du premier volume le prix Nebula et le prix Hugo lors de la parution du second volet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *