Youngtimer – Audi Coupé Quattro (1980-91)

La suppression de la marque DKW en 1965 remplacée par Audi, n’arrêta pas la fabrication à l’usine d’Ingolstadt d’un véhicule tout-terrain, la DKW Munga. En 1977, la Munga fut remplacée par l’Iltis, vendue sous la marque VW, mais conçue et fabriquée par Audi. Les essais de l’Iltis furent effectués par l’ingénieur Jorg Bensinger, qui conçut l’idée d’en tirer une voiture routière. La base choisie fut le coupé Audi 80, encore à l’état de projet, équipé du moteur 5 cylindres de l’Audi 100, doté d’un turbocompresseur et d’un échangeur de chaleur portant la puissance à 200 ch. La transmission était celle de l’Iltis, avec les 4 roues engagées en permanence, ce qui avait permis de supprimer la boîte de transfert. Il y avait la même suspension à jambe élastique, type Mac Pherson, à l’avant comme à l’arrière. La partie la plus ingénieuse du système était l’arbre intermédiaire creux, relié à un minuscule différentiel central.

Les trois différentes versions :

Quattro WR (1980-1986) : La première génération reçoit un 5 cylindres 2,1 L 10 soupapes, muni d’un turbocompresseur et d’un échangeur d’air qui augmente la puissance à 200 ch (au lieu de 170 ch sur la version sans échangeur qui équipait la 200 Turbo). L’Audi Quattro se reconnait facilement à ses ailes élargies et ses pare-chocs spécifiques qui la différencient de l’Audi coupé GT, dérivée elle aussi de la 80, et commercialisée 6 mois après la quattro. Le 0 à 100 km/h se fait en 7,1 secondes pour une vitesse de pointe de 220 km/h. Pour le millésime 1983, de nouveaux phares monobloc remplacent les doubles éléments et l’ABS est désormais de série puis, pour 1985, la calandre s’incline, les jantes deviennent plus larges et les feux arrière deviennent noirs.

Quattro MB (1987-1989) : La cylindrée passe à 2,2 L mais la puissance reste inchangée (200 ch). Par contre, le moteur est plus souple, a moins de temps de réponse et bénéficie des dernières évolutions comme les poussoirs hydrauliques et la transmission bénéficie d’un différentiel central Torsen qui améliore la motricité en utilisation courante et qui remplace l’ancien différentiel classique à blocage manuel (le différentiel arrière gardant, lui, son blocage manuel). Les freins sont également revus et reçoivent des étriers doubles pistons à l’avant. Le capot de malle arrière est en fibres. Le 0 à 100 km/h s’effectue désormais en 6,7 s.

Quattro RR (1989-1991) : Le 2,2 L reçoit une culasse à 20 soupapes dérivée de celle de la Quattro Sport, moteur équivalent à celui de l’Audi 200 20V et à celui de l’Audi S2 220ch. Le moteur dispose aussi de 2 catalyseurs qui ont nécessité la modification du plancher du côté gauche devant le siège avant. La puissance ressort ainsi à 220 ch, ce qui permet au coupé de passer de 0 à 100 km/h en 5,9 s et de filer à 232 km/h. C’est la plus recherchée des Audi Quattro et aussi la plus rare (environ 800 exemplaires), la plus puissante et la dernière version.

Championne du monde :

L’audi Coupé Quattro fut présentée au Salon de Genève en mars 1980, où elle obtint un succès mitigé : on s’extasia sur la mécanique, mais on jugea sévèrement la carrosserie. La Quattro s’imposa définitivement deux ans plus tard, en remportant le championnat du monde des constructeurs. C’est elle qui a lancé la vogue de la traction intégrale à partir de la fin des années 80.

Caractéristiques Techniques : Voir Brochure ci-dessous.

Prix du modèle neuf en 1984 : 210.000 F soit 63.510 € avec 98,4 % d’inflation.

Prix actuel en occasion : à partir de 8000 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *