Oldtimer – Alpine A110 (1962-77)

La 1300 S Berlinette (1966-1971) : 

Après ses premiers succès au volant de la 4 CV quasiment de série à l’exception des préparations mécaniques, Jean Rédélé a créé l’A106 puis l’A108 qui rompt avec la plate-forme de la “quatre-pattes” de Monsieur Tout-Le-Monde. Mais le niveau de performances que confère la base mécanique Renault amélioré n’est plus compatible avec des solutions trop proches de la série. Il faut du nouveau.

Le châssis-poutre : 

La solution passe par un nouveau châssis qui apparaît sur le type A108. Rigide et léger, ce châssis à poutre centrale noyé dans la résine du soubassement de coque équipe aussi le type A110 de 1962 dont la désignation ne s’inspire plus des références Renault bien qu’il reçoive le 1100 cm3 des R8. En juin 1965, la déjà célèbre berlinette est dotée du 1296 cm3 de la Renault 8 Gordini avec 115 ch.

S comme Super : 

La berlinette a trouvé là une homogénéité et un niveau de performances que la version S va exploiter pendant huit années en recevant des mécaniques de plus en plus élaborées. La 1300 S sera la version client la plus vendue entre la fin 1966 et 1971. Elle est, en collection, une des plus convoitée, surtout en version originale telle que livrée par l’usine, la plupart ayant, en effet, reçu des modifications en vue de la compétition.

Les modèles 1600 (1969-1977) :

En remplacement de la 1500 sortie entre 1967 et 68 (qui ne fut fabriqué qu’à 42 exemplaires), Alpine sortit en 1969 un modèle 1600, qui allait connaître plusieurs versions : 1600, 1600 S, 1600 SC-SI, 1600 SX, jusqu’en 1977.

Une seule carrosserie pour tous les modèles : 

Lorsque apparut la 1600, Alpine n’avait alors plus qu’une seule carrosserie à son catalogue, la 110 berlinette ; celle-ci habilla tous les modèles 1300, 1600, 1800. Dotée d’un moteur Renault 16 de 1565 cm3, développant 92 ch lors de son apparition, l’Alpine 1600 de 1970 vit sa puissance passer à 102 ch, alors que l’Alpine 1600 S, elle, en était déjà à 138 ch. La même année, une version encore plus sportive fut mise au point, une Alpine 1600 S groupe 4 de 172 ch, qui remporta notamment les rallyes de l’Acropole, des Alpes autrichiennes, de Monte-Carlo et de San Remo.

Une berlinette avec quelques modifications : 

La berlinette avait désormais son radiateur d’eau à l’avant, ce qui nécessita la création d’une prise d’air sous le pare-chocs. Au fil des ans, elle subit quelques modifications, telles que l’adoption de jantes larges et de clignotants rectangulaires qui se retrouvaient au-dessus des pare-chocs et n’étaient plus encastrés.

Caractéristiques Techniques : 

Années de production : 1962 – 1977 ; Production : 71.761 exemplaires ; Usine d’assemblage : Usine Renault Alpine de Dieppe
Moteur et transmission : Cylindrée : 956 cm3 à 1800 cm3
Puissance maximale : de 55 à 200 ch, en rallye avec turbo jusqu’à 250 ch ; Transmission : Propulsion, BV4 rapports, BV5 en option sur les moteurs 1,3 litres et en série sur les 1600 S
Poids et performances : Poids à vide : 565 à 790 kg
Vitesse maximale : de 170 à 225 km/h
Châssis – Carrosserie : Berlinette Coupé
Dimensions : Longueur : 3850 mm ; Largeur : 1520 mm ; Hauteur : 1130 mm ; Empattement : 2100 mm

Prix du modèle neuf en 1970 : 32.450 F pour la 1300 S et 31.040 F pour la 1600 S soit à peine un peu moins qu’une Mercedes 280 S.
En 1970, une Porsche 911 Touring valait 42.860 F et une Citroën SM 46.000 F.
32.000 Francs de 1970, cela fait 36.000 € de 2017 avec 638% d’inflation sur la période…

Cote actuelle : à partir de 50.000 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!